logo_hawks

Club de Roller Hockey depuis 1996

Nos partenaires

Prochain match - élite

Pas de match de programmé pour l'instant

Dernier résultat - élite

Match de Championnat - Rethel vs Angers

Rethel Angers

Samedi 08 Avril 2017 - 20h00 - RETHEL - Rethel

Classement - élite

Anniversaire

Stephane Grudet fête ses 49 ans.
Stephane_Grudet

Angers aime le Roller Hockey – Episode 3

Angers aime le Roller Hockey – Episode 2

Angers aime le Roller Hockey – Episode 1

LES HAWKS A LA LOUPE ! 13-04-2012

On connait tous le shoot dévastateur de Geoffroy Tijou ou le numéro de maillot de Benjamin Desroches. Savez-vous, en revanche, qui est vraiment Charles Cornet ? Pourquoi Amaury Kallenbrum a choisi le #90 sur son maillot ? Quel est le meilleur souvenir de Quentin Péteul sur un terrain ?

Pour tout savoir sur vos joueurs préférés, rendez-vous régulièrement dans « Les Hawks à la loupe ! ».

Question du jeu « Qui est-ce ? » : Il est grand, il est roux, il est barbu le plus souvent, il est vendéen : alors ? Martin Lucas !

Carte Upper Deck© :

 Nom :       Lucas
Prénom :  Martin
Surnom :  Roukin
Date de naissance : 08/04/1986
Lieu de naissance :  La Roche sur Yon (85)
#10
Taille :     1m87
Poids :     75kg
Poste :     Avant-Arrière, ça dépend du coach

 

Questionnaire Roller Hockey :

  1. Quel est ton geste préféré sur un terrain ?

Quand, sur une action bien construite, j’arrive à faire la passe décisive, même dans une cage vide, j’aime !  Ou sinon je ne déteste pas faire un petit pont sur Geoffroy Tijou (rires).

  1. Quel est ton meilleur souvenir de Roller Hockey ?

C’est un souvenir assez récent avec l’épopée en Coupe d’Europe à Valladolid. Même sans la médaille autour du cou, on a développé un excellent niveau de jeu et pourtant le tournoi était très relevé. J’ai vécu des moments que je n’oublierai pas tant sur le terrain qu’en dehors.

  1. Quel est ton pire souvenir de Roller Hockey ?

Une défaite en finale de la Coupe de France face à Anglet alors que j’évoluais sous le maillot des Beach Boyz d’Atlantique Vendée. Une défaite sèche, des contrôles anti-dopage… La fin d’une époque !

  1. Quel aspect de ton jeu aimerais-tu améliorer ?

Je voudrais réduire mon temps passé sur le banc des prisons. J’aimerais être plus en contrôle de ce que je fais ; pour ça il faut que je bosse mon mental. En fait, il faut que je me concentre à mieux gérer mon degré d’agressivité face à l’adversaire.

  1. De quel aspect de ton jeu es-tu fier ?

Disons que mon style de jeu se marie très bien avec celui mis en place chez les Hawks. Je pense avoir une bonne vision de jeu et une grosse rigueur défensive (lié au poste que j’occupais auparavant, arrière).

  1. Pourquoi as-tu choisi le numéro 10 ?

Parce qu’un mec plus ancien que moi dans l’équipe portait déjà mon numéro. J’ai donc innover en prenant le #10. C’est aussi le même que mon frère (Denis) au rugby et de mon pote Arthur (Guéranger) qui jouait avec moi (je lui ai piqué !).

  1. Peux-tu nous dévoiler un toc, une routine, un grigri de match ?

Euh…c’est plutôt une mauvaise habitude que je vais vous dévoiler : j’ai tendance à être en retard à peu près… tout le temps. C’est soit au rendez-vous du départ pour les matchs, soit à l’entraînement, soit à l’échauffement.

  1. Si je te donnais 100 millions de $, quel investissement ferais-tu pour le club ?

On partirait tous aux Etats-Unis faire le tournoi à NARCh. On ferait tout un road trip avec des escales à Los Angeles, Las Vegas et San José pour voir un match des Sharks (NDLR : son équipe préférée en NHL). Ca serait boisson à volonté, soirées endiablées : souvenirs assurés !

  1. Que penses-tu de l’équipe ?

C’est un groupe solidaire qui peut battre n’importe qui sans se prendre la tête ou se voir trop beau : un groupe humble. Je pense que nous formons une équipe en devenir, avec beaucoup de jeunes joueurs bien intégrés, et qui, si elle continue à être à l’écoute de l’entraîneur et du coach, peut produire un des meilleurs jeux collectifs de France.

  1. Qu’aimerais-tu améliorer dans notre championnat Elite ?

Je pense qu’il faudrait autoriser plus de contacts physiques, mais dans une certaine limite ! J’autoriserais les blocs et les duels épaule contre épaule permettant au jeu de ne pas être trop haché par les décisions arbitrales. En fait, c’est un peu comme à NARCh.

  1. Cela te plairait-il d’arbitrer un match Elite ?

Oui, ça me ferait un peu d’argent de poche tout en côtoyant les joueurs que j’apprécie. Même si certains sont un peu « rageux », je pense que je pourrais être assez diplomate afin que chacun puisse prendre plaisir à jouer.

  1. Si tu avais un conseil à donner aux arbitres, lequel serait-il ?

Il faudrait, si je peux me permettre, que les arbitres se concentrent plus sur les fautes de crosses type accrocher, retenir, slashing… Ce sont des faits de jeu qui ont tendance à énerver des mecs comme moi. Cet antijeu a bien souvent pour effet de ralentir les actions offensives et ça peut parfois être plus dangereux qu’une charge contre la bande.

  1. Si tu marques un but, quel genre de célébration fais-tu ?

Ca ne m’arrive pas souvent, à mon grand regret (rires), mais j’aime fêter un but avec mes partenaires. Après, s’il faut que j’aille vous dénicher une célébration qui sort de l’ordinaire, je me souviens m’être jeté contre le plexi protecteur contre Las Palmas à Debussy à la manière du Gr8t a.k.a. Alex Ovechkin.

  1. Quel serait ton but rêvé ?

C’est un but où tout le monde touche le palet et je finis sur un énorme one-timer 1 qui fracasse la cage en mille morceaux ! Paaaaaaaaaf.

  1. Tu as la possibilité d’être, pour un match, quelqu’un d’autre ; qui voudrais-tu être ?

J’enfilerais le costume de Nathan Zigmund. Il est l’opposé de ce que je suis : petit, cheveux bruns, typé asiatique avec une technique et une accélération de ouf qui laissent souvent les défenseurs par terre.

Questionnaire Général :

  1. Quel autre sport pratiques-tu ?

Je fais du footing avec mon chien 2-3 fois par semaine, ça me détend après le travail.

  1. Avec qui vis-tu ?

Je suis en couple avec Lucie à Nantes.

  1. Quelle est ta profession ?

Je suis maraîcher. Je travaille dans les serres de tomates près de Machecoul (44), au sud de Nantes.

  1. Quel métier voudrais-tu faire plus tard ?

J’aimerais être maraîcher biologique pour rendre la nourriture plus saine et accessible à un plus grand nombre de personnes.

  1. As-tu une anecdote à nous raconter qui t’es arrivée ?

Lors d’un retour de match à Nice, avec l’Atlantique-Vendée, où nous avions vécu une très bonne soirée, juste un peu trop arrosée, je m’étais assis dans l’avion près d’un monsieur (la quarantaine). J’avoue que j’étais au bord de la rupture et je pense lui avoir fait passer son pire voyage : je n’ai pas arrêté de l’embêter sans le faire exprès ! Je lui bavais dessus, je lui mettais des coups de pieds tout en dormant sur son épaule, l’enfer pour lui. Arthur G. était là pour témoigner… enfin, il était quasiment dans le même était que moi, je ne sais pas s’il s’en souvientJ.

  1. As-tu une blague à nous raconter ?

Qu’est-ce qu’un homme sans bras ? Un manchot. Qu’est-ce qu’un homme sans jambes ? Un cul-de-jatte. Qu’est-ce qu’un homme sans bras ni jambes ? Un homme tronc. Et sans bras, ni jambes et avec une bosse dans le dos ? Une madeleine !

  1. As-tu un message à passer à tes fans ?

Serait-il possible d’éviter le jet de projectile pendant les matchs ? (rires)

  1. Peut-on te suivre sur Facebook ou Twitter ?

Non, je considère qu’il est dangereux de réaliser des bases de données privées à un moment où la sécurité informatique fait défaut.

  1. Qu’as-tu reçu du Père Noël ?

Deux places de spectacle pour voir Elie Semoun avec Lucie et un lecteur MP3 pour les déplacements.

  1. Arthur Guéranger a une question pour toi : comment expliques-tu que tu prends actuellement au moins 1 pénalité par match alors que tu as fait un début de saison irréprochable à ce point de vue ?

La vidéo fait beaucoup de mal à notre sport parce que les arbitres ont mon numéro dans le viseur (rires).

  1. Tu as la possibilité de poser une question à un autre joueur de l’équipe. A qui souhaites-tu t’adresser ?

A Koïchi Daveau : Est-ce que tu me prêtes tes chaussures esquimaux ?

 

1 Un one-timer est un tir sur réception. Le plus souvent le joueur effectue un slap sans contrôle dès qu’il reçoit le palet dans sa crosse. C’est un geste décisi ! Demandez conseil, non pas à votre pharmacien, mais à Amaury Kallenbrum

 

Déjà parus : Arthur Bouret, Amaury Kallenbrum, Thibaut Eon, Hiroshi Daveau, Benjamin Desroches, Benjamin Tijou, Thomas Neveu, Arthur Guéranger

A venir : Koïchi Daveau

Laissez nous vos commentaires sur l'article

Champs obligatoires*